CERCLE CELTIQUE KROLLERION MOURIEG español english français brezhoneg

ACTUALITES

Voici nos dernières actualités sur Facebook et Twitter

close button

ACTIVITES

danse traditionnelle musique danse enfant cours de breton broderie galettes
close button

SPECTACLES

close button

Les chorégraphies

  Chaque année, le groupe de danse crée un nouveau spectacle pour le présenter dans le cadre du championnat de danse bretonne de la confédération Kendalc'h.
A travers le thème traité, la mise en scène et les arrangements musicaux, ce spectacle se veut un moment de partage entre les danseurs, les musiciens et le public. Avec le but de partager le plaisir de la scène et la passion de la danse, le groupe produit cette création annuel durant l'été à travers de nombreux festivals en Bretagne et dans le reste du monde.

  Vous pouvez retrouver les spectacles des dernières années en vidéo sur notre compte Dailymotion.

Powered by Dailymotion

Les costumes de scène

Comparaison entre les sportifs de la St Colomban de Locminé en 1911 et les danseurs de la suite 2010 "Les rois du Stade"

  Les costumes représentent un travail important réalisé par notre association. Nous collectons des costumes qui dorment au fond des penderies de particuliers afin de leur donner une seconde vie. Ces costumes représentent une véritable base de données qui nous permet d'avoir une vision authentique du costume.

  Sauvegarder le costume ne se résume pas à  l'entreposer dans un local, costume vivant, il est aussi porté et nécessite un entretien. Les danseuses aidées de leurs mères ou grand-mères donnent ainsi de leur temps afin de laver, repasser et amidonner coiffes et dentelles mais aussi de réparer les robes usées par le temps.

  Une autre grande partie du travail des costumes est la conception et la création. Des costumes du pays de Baud sont ainsi réalisés à l'état neuf dans le respect du style traditionnel. De plus, des costumes "non-traditionnels" sont aussi conçus dans des buts chorégraphiques; Ils sont inspirés des sources d'époques (photographies, cartes postales, vitraux, lithographies, ...) ainsi que de l'imaginaire collectif.

Les "revenants" de la suite 2011 "Bag Noz"

Costumes inspirés de l'époque de la chouannerie

CONTACTS

Adresse e-mail : krollerion.mourieg@gmail.com

Adresse postale :
Association Krollerion Mourieg
Lann Stengrenn
56500 MOREAC

Téléphone : 02.97.60.29.15

Webmaster : maximecadoret56@gmail.com

close button

CULTURE

close button

L'association

En construction ...

close button

Le pays de Baud

  Le pays de Baud regroupe 19 paroisses de l'évêché Vannes et s'étend de Quistinic à l'ouest jusqu'à Saint-Jean-Brévelay à l'est et de Pluméliau au Nord jusqu'à Moustoir-Ac au sud. On parle aussi parfois de pays de Locminé, notamment pour désigner la partie est de ce territoire.

  Ce pays se distingue par l'unité des costumes sur toute cette zone géographique. Les danses spécifiques à ce pays sont au nombre de 7, on y retrouve l'en dro (ou dañs mod koh), le laridé à la mode de Baud, la danse des fileuses, le deù ha deù ("2 par 2"), le tamm kerh ("le bout de marche"), le bal de Baud et le keijaj ("mélange", constitué d'une partie en dro et d'une partie hanter dro). On remarquera cependant que ces danses ne sont pas connues dans toutes les communes du pays et que d'autres sont également dansées dans les zones limitrophes, comme par exemple la gavotte pourlet à Quistinic et Melrand.

close button

Le costume

Les modes masculines :

Une femme et un homme discutent à la fontaine, l'homme porte le costume de Baud et la femme porte le capot. (Locminé début XXème)

  La tenue vestimentaire des hommes se composait d'une chemise blanche, d'un gilet, d'une veste et d'un pantalon de couleur foncée, unie ou rayée.

  La partie la plus 'distinctive' du pays de Baud, comparé au reste du vannetais, réside dans les deux pièces les plus visibles du costume: le gilet (giletenn) et la veste (paletot ou korf chupenn).

  Le giletenn, sans manche, porté à même la chemise, de coupe largement évasée sur la poitrine, laisse apparaitre la chemise comme une sorte de plastron. Il se ferme sur le devant par une double rangée de 6 boutons minimum. Ce gilet s'ajuste dans le dos au moyen d'un passant et d'une boucle. Par dessus, la veste se portait ouverte, et comportaient deux grandes poches carrées revenant sur l'arrière.

  Ces deux pièces étaient majoritairement constituées en drap de laine orné de velours, sur le pourtour et les poches notamment.

  Le drap de laine pouvaient être de trois couleurs: noir le plus souvent, bleu pour les meuniers, ou encore blanc, de manière plus rare. Les meuniers portaient, par dessus leurs vêtements, une blouse de toile enduite.

Femme portant le capot (Baud 1902)

Les modes féminines :

  Les Baldiviennes portaient, quant à elles, une robe de cotonnade ou de drap de laine noir, ornée de velours et occasionnellement de bandes perlées (perles noires en général) aux larges manches dites en pagode, un tablier et bien sûr une coiffe.

  Le robe revêtue à Baud se ferme sur le devant, sur une guimpe (ou 'plaque'), par un système de laçage ( ou plus rarement de crochets). Elle se distingue des autres modes vannetaises par le fronçage de la jupe et la pose des velours dans le dos.

  En fonction de l'occasion, on ajoutait à sa robe des bandes perlées aux motifs floraux ou géométriques, des manchettes de diverses matières (de la dentelles à la fourrure),...

  Par dessus cette robe se portait un tablier, noué sous la bavette (ou empiècement), dont la pointe basse donne à l'ensemble sa forme caractéristique. La taille de cette pièce permet, par ailleurs, de distinguer les femmes de Baud (bavette basse) de celles des communes avoisinantes (bavette haute).

  Ces tabliers étaient constitués de différentes matières, plus ou moins nobles selon l'usage auquel ils étaient destinés (crêpe de Chine, coton, soie, velours, ...), et parfois richement décorés (perles, broderies...). Ils pouvaient aussi comporter des poches.

Femme portant la kornek (Baud début XXème)

  La mode de Baud recouvre plusieurs types de coiffes: le capot, la kornek, la coiffe d'artisane.

  En semaine les femmes portaient le capot, sans col. D'abord plein, en drap et satin ou velours noir, ou coton blanc, il s'allège aux alentours du XXème siècle. Désormais en filet à mailles de plus en plus larges (les derniers capots pleins ont cependant été portés jusque dans les années 30 par les plus anciennes), ils s'ornent parfois de magnifiques broderies.

  Lors des grandes occasions, (le dimanche pour les plus riches), les femmes portaient la kornek. Cette somptueuse coiffe, accompagnée d'un col rectangulaire brodé, est réputée être l'une des plus seyante de Bretagne. Les dernières modes, extrêmement brodées et donc très coûteuses, n'étaient accessibles qu'à une partie de la population. Il était donc fréquent de louer ou d'emprunter la coiffe d'une autre.

  Il existait également à Baud, une mode dite d'artisane: à la place de la kornek était portée une coiffe plus courte, de coupe différente et au fond généralement plissé, dont il a existé plusieurs versions. Celle-ci se portaient avec un tablier à bavette basse, une guimpe tour du cou et un châle, la robe ne comportait donc pas de velours dans le dos.

La tenue de travail :

  Au quotidien, les femmes portaient une robe de matière ordinaire, sans velours sur la jupe. Pour protéger le velours des manches et éviter que celles -ci ne les gênent dans leur travail, elles revêtaient des manchettes particulières: sorte de tube de tissus épais et résistant, fermé au poignet par un lacet ou un élastique, remontant jusqu'au dessus du coude où il était tenu par une épingle de sûreté.

Les enfants :

  Garçons et filles portaient une robe, au moins jusqu'à l'âge de la marche, le plus souvent jusqu'à la première communion. Après celle-ci, les filles revêtaient la tenue de leur mère et les garçons celle de leur père.

close button

La danse traditionnelle

En construction ...

close button

La musique

Les groupes musicaux

  Le groupe ne comporte pas que des danseurs mais aussi un ensemble musical composé d'une bombarde, d'un biniou-kozh, d'un accordéon diatonique, d'un violon, d'une clarinette, d'une guitare et d'une guitare basse. Les musiciens accompagnent les danseurs tant sur les danses traditionnelles que sur les suites chorégraphiques autour de compositions et d'arrangement d'airs traditionnels.

  Le groupe de danse enfant possède également son propre groupe de musiciens. Celui-ci est en partie composé de danseurs et danseuses du cercle celtique.

Les instruments traditionnels

  Ici sont présentés, de manière succincte, quelques instruments traditionnels utilisés par notre groupe musical.

Le couple biniou-bombarde

  Répandu à travers toute la basse Bretagne et fortement implanté dans le pays Vannetais jusque dans les années 1930, ce duo de musiciens animait les fêtes et les mariages et jouissait d'une importante notoriété comme le montre par exemple l'histoire du célèbre sonneur Matilin an Dall.

Le violon

  Il fût principalement utilisé en haute Bretagne mais on en retrouve sa trace autour de Pontivy et sur l'île de Groix autour de 1900. Accompagnant les rondes, les quadrilles et les polkas, il était accompagné de la clarinette dans le Trégor ou de la vielle dans le Goëlo et venait même concurrencer la veuze dans le marais breton vendéen.

La clarinette

  Instrument à vent à anche simple et à perce presque cylindrique, aussi nommé treujenn-gaol (littéralement tronc de choux) en haute Cornouaille ou encore tronc d'chou dans le Mené et les pays de Vitré et de Fougères, la clarinette était principalement utilisée dans l'est de l'Ille et Vilaine, dans le centre Bretagne (sud Trégor et Haute Cornouaille) mais également dans le pays bigouden.

L'accordéon diatonique

  Il aura son arrivée tardive au delà des années 1850 apportant avec lui les danses en couples ce qui lui vaudra le surnom de boest an Diaoul (littéralement boîte du Diable) donné par le clergé. Il envahira l'ensemble de la Bretagne à partir de 1890 et marquera la fin de la séparation entre musique chantée et musique sonnée.

close button

Le groupe enfant

En construction ...

close button

Les cours de breton

Pour DEBUTANTS (niveau 1) avec Nikolaz SOLIGNAC MAZET à la bibliothèque de BIGNAN. Le vendredi de 18h30 à 20 h.
Renseignements : Association Kanerion bro Boïo au 02 97 60 34 60

Pour les CONTINUANTS à MOREAC. Niveau 2 avec Didier MERCIER au-dessus de la médiathèque de MOREAC. Le jeudi de 18h30 à 20h.

Niveau 3 avec Annaig JOANNIC à la salle oeillet à MOREAC. Le vendredi de 18h30 à 20 h.

Pour plus de renseignements, n'hésitez pas à nous contacter.

close button

Les galettes

Nous proposons également des stages pour apprendre à confectionner les fameuses crêpes et galettes bretonnes. Ces stages sont répartis au long de l'année et animés par plusieurs membres de l'association. Il est nécessaire de réserver pour y participer.

Pour plus d'information, vous pouvez contacter Jean-Yves Joannic au 02.97.60.29.15

close button

La broderie

  L'association organise un atelier de broderie le premier mardi de chaque mois de 9h à 17h plus un dimanche par mois. Différentes pièces de costume sont confectionnées lors de ces journées. Cet atelier est animé par le brodeur professionnel Paul Balbous.

  Pour plus d'informations vous pouvez contacter Michèle Joannic :

close button